SAMEDI 28 MARS À 16 H,
Salle du Foyer du 3e âge, 2 rue de la Charité (à côté de la mairie), CAUNES-MINERVOIS (11160)

CONFÉRENCE (avec projection de photos) de JEAN GUILAINE, professeur honoraire d’archéologie au Collège de France :

« Le dolmen de Russol à Laure-Minervois »

 Le dolmen Saint-Eugène, implanté sur le domaine de Russol à Laure-Minervois, figure parmi les plus importantes chambres dolméniques du Sud de la France. Il présente l’avantage de posséder encore son tertre protecteur, aujourd’hui restauré, lequel donne une très bonne idée de son envergure initiale. C’est donc l’un des monuments les plus emblématiques, qui fait partie du groupe des galeries allongées (ou « allées ») à tertre circulaire, qui se développe du Minervois à la Catalogne.
En 1990, Jean Guilaine et son équipe entreprirent le dégagement de la butte de Saint-Eugène, ce qui permit de mettre en évidence non seulement le mur de périphérie du tumulus, mais également d’autres murs concentriques aménagés dans la masse tumulaire elle-même. Il ne faisait plus de doute que la colline était bel et bien artificielle et n’était autre qu’un grand tertre préhistorique, incorporant en son centre la tombe mégalithique.
De 1992 à 1994, une grande opération de dégagement et de restauration d’envergure aboutit à la présentation du monument dans son ensemble.
Dix datations radiocarbone lui assignent une construction dans la seconde moitié du IVe millénaire, mais une utilisation qui s’est poursuivie jusqu’aux débuts de l’Âge du bronze (soit environ à 2 500 ans avant notre ère).
Lors de sa conférence, Jean Guilaine va restituer l’histoire de cette aventure exceptionnelle et présenter au public, photos projetées à l’appui, ce dolmen Saint-Eugène à Russol. 

Tumulus a double enceinte et allée couverte (dolmen) de Saint Eugene, domaine du Russol a Laure-Minervois (Aude, Languedoc, Occitanie) : sépulture de l’age du bronze, la plus importante du Midi de la France et l’une des plus grandes de France. Photo Patrice Cartier

Jean Guilaine, né en 1936 à Carcassonne, est archéologue, spécialiste de la Préhistoire récente et de la Protohistoire. Il est professeur émérite au Collège de France et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Directeur d’études au CNRS puis directeur d’études à l’EHESS, Jean Guilaine, après avoir dirigé un grand programme pluridisciplinaire du CNRS sur les Pyrénées (1973-1978), a fondé en 1978 à Toulouse, avec l’ethnologue Daniel Fabre le Centre d’anthropologie des sociétés rurales (plus tard Centre d’anthropologie).
Spécialiste des premières sociétés paysannes, il plaide en faveur d’études paléoenvironnementales, donnant naissance à l’archéologie agraire. Ses travaux de terrain ont pour cadre l’ensemble du bassin méditerranéen. Il a, parallèlement, abordé des thématiques plus théoriques sur le concept d’arythmie et de changement culturel, la violence préhistorique et la genèse du guerrier, le mégalithisme et l’hypogeisme, la montée des inégalités sociales et leur traduction matérielle, l’iconographie néolithique et le genre, les rythmes de la protohistoire méditerranéenne, les réseaux de circulation en Gaule et en Méditerranée au cours du premier âge du fer. Il a dirigé la revue Gallia Préhistoire de 1986 à 1994 et fondé à Toulouse la série Archives d’Ecologie Préhistorique.
De 1994 à 2007 Jean Guilaine a été professeur au Collège de France où il était titulaire de la chaire de « Civilisations de l’Europe au Néolithique et à l’âge du bronze », période qu’il qualifie de « seconde naissance de l’homme ».
En 2007, il assure avec Yves Coppens la codirection scientifique du film Le Sacre de l’Homme réalisé par Jacques Malaterre. Ce docu-fiction retrace l’aventure humaine et les grands moments qui ont donné naissance au monde historique.
En 2011, il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de Bernard Guenée. Il est membre correspondant de l’Académie royale d’histoire (Madrid) et de l’Istituto italiano di preistoria e protostoria (Florence). Il est docteur honoris causa de l’université de Barcelone.
Jean Guilaine au publié de nombreux ouvrages et monographies de sites archéologiques, ainsi que deux romans.

Jean Guilaine, archéologue français, préhistorien – Photo Patrice Cartier, septembre 2017

BIBLIOGRAPHIE RÉCENTE :

– Caïn, Abel, Ötzi. L’héritage néolithique, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, 2011
Méditerranée mégalithique. Dolmens, hypogées, sanctuaires, Coll. Archéologie Vivante, Éditions Archéologie Nouvelle, Lacapelle-Marival, 2011
Archéologie, science humaine, Entretiens avec Anne Lehoërff, Actes-Sud/Errance, 2011
La Seconde naissance de l’Homme. Le Néolithique, Odile Jacob, Paris, 2015
Les Hypogées protohistoriques de la Méditerranée. Arles et Fontvieille, Errance / Actes Sud, Arles, 2015
– Paul Tournal, fondateur de la Préhistoire, Odile Jacob, Paris, 2016 (avec Ch. Alibert)
– Launac et le Launacien. Dépôts de bronzes protohistoriques du Sud de la Gaule, Presses Universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2017 (avec L.Carozza, Dominique Garcia , J.Gasco, Th. Janin , B.Mille)
– Les Chemins de la Protohistoire. Quand l’Occident s’éveillait (7000-2000 avant notre ère), Odile Jacob, Paris, 2017, 252 p.
– Le Dolmen de Saint-Eugène, Autopsie d’une sépulture collective néolithique (sous la direction de Jean Guilaine), Archives d’Écologie Préhistorique, Toulouse, 2019.
Romans :
Pourquoi j’ai construit une maison carrée, Actes Sud, 2006, 336p. Babel, 2013
L’Ermite du paradis, Totem, Poullaouen, 2016.