LUCIOLE est une association Loi 1901, créée en avril 2017, qui porte le projet LUCIOLE : L’Université à la Campagne Itinérante et Ouverte de Lagrasse.

LUCIOLE est déclarée d’intérêt général et est donc habilitée à délivrer des reçus fiscaux pour toute personne lui adressant un don (en plus du montant de la cotisation). Le reçu fiscal fourni par LUCIOLE, suite à un don, permet une réduction du montant des impôts à payer, équivalente à 66% de la somme versée.
En savoir plus…

Principes Essentiels

L’université vise à faire circuler les savoirs, les créations passées ou contemporaines de l’esprit, afin de faire accéder tout un chacun à l’universalité de l’idée, de l’homme et de la raison, par-delà les particularismes locaux et les appartenances communautaires.

Cette visée universelle consiste à permettre à tous les publics, sans exclusion, d’accéder aux meilleurs savoirs et œuvres de création, dans leur diversité, parce que l’ignorance et le défaut d’activité de l’esprit nourrissent les obscurantismes, la servitude volontaire et l’aliénation.

L’œuvre artistique et intellectuelle ne se donne pas comme un simple résultat, un « produit de consommation », en ce qu’elle est démarche, parcours, cheminement qui n’est donc pas dissociable de l’existence, d’un certain mode de vie, d’une vision du monde. Ainsi le rapport à la création, en tant qu’auteur et destinataire, pousse à faire un pas de côté, par rapport aux clichés de la société de communication et de consommation. Cet écart nécessaire doit se traduire par la valorisation des démarches véritables de création, à l’exclusion de la promotion des œuvres de consommation courante.

La fragmentation et la spécialisation extrême des savoirs et des démarches de création constituent un obstacle important à la mise en mouvement des esprits. Il importe donc d’œuvrer à un travail de diffusion, sans simplification, et de décloisonnement des approches. En s’inspirant de ce qu’écrit Emmanuelle Pagano, il s’agit de concevoir un projet où : « Aucun artiste n’est oublié : ceux du monde de la musique, des arts plastiques, graphiques et décoratifs, de la parole et de l’écriture, de la danse, de la scène et du spectacle, des arts éphémères, des métiers du théâtre, de la mode, de l’architecture, du paysage, de la photo, du numérique. »

Dès lors, au contraire de l’opposition établie couramment entre l’attitude active qui résiderait dans le fait de « créer », de « jouer », de « produire » ou encore d’ « écrire », et l’attitude passive qui consisterait à « recevoir », « écouter », « lire », il importe de proposer au public des temps de rencontres, d’échanges, d’écoute où celui qui reçoit fait aussi un « travail de création », où « lire », « écouter », « recevoir » sont des actes de création qui ont un effet sur sa propre existence et son rapport aux autres, au monde. En ce sens, l’action culturelle n’est pas une consommation de loisirs.

Le projet LUCIOLE inscrit dans un territoire à dominante rurale, privilégie une action qui concerne les populations rurales, généralement éloignées des centres culturels et qui favorise les échanges entre « urbains » et « ruraux ». Ce projet considère que toute personne doit avoir un accès à la culture : dans un monde incertain voire chaotique, il importe de s’appuyer sur la recherche du Sens – aspiration qui ne se traduit pas toujours par une demande sociale clairement exprimée, notamment chez les populations éloignées des centres culturels. C’est pourquoi le projet va au-delà d’une démarche consistant à répondre à une demande sociale déjà là. En effet, en matière culturelle, c’est l’offre et les conditions de diffusion qui révèlent et construisent la demande des habitants.

Ainsi le projet LUCIOLE veut mettre en œuvre, non pas un catalogue d’activités, mais une démarche de construction dynamique avec les créateurs et les habitants.

OBJECTIFS

Assurer la transmission des savoirs et des œuvres, littéraires, artistiques, intellectuelles et scientifiques qui résultent des créations contemporaines.

Favoriser la création et la diffusion des œuvres artistiques et intellectuelles, grâce à un soutien auprès des créateurs (résidences, ateliers, stages rémunérés, etc.).

Permettre à tout public d’accéder à une démarche de pensée et d’ouverture sur l’autre et sur le monde, en s’exerçant à sortir des idées préconçues et des opinions préfabriquées, et en découvrant de l’intérieur le travail de création littéraire, artistique et philosophique.

Favoriser le décloisonnement des disciplines du savoir et de la création artistique et intellectuelle, grâce à la mise en œuvre de propositions culturelles établissant un croisement, des passerelles entre ces différents arts et savoirs, et permettant d’une part aux créateurs, d’autre part aux publics de mieux découvrir et connaître les créations émergeant dans les différents langages, les différents domaines artistiques et intellectuels.

Contribuer au développement et à l’intensification de la vie littéraire, intellectuelle et artistique, tout particulièrement dans les territoires ruraux, grâce à des propositions d’activités ouvertes à tous (rencontres avec des artistes, écrivains, penseurs, spectacles, ateliers, stages, séminaires), et grâce à un maillage du territoire, à une coopération entre les différents acteurs de la culture et de l’éducation sur ces territoires, impliquant notamment l’itinérance des actions réalisées. Il s’agit donc de créer un réseau ouvert de partage et de lien culturel, grâce notamment à une itinérance dans différents lieux culturels et éducatifs de l’Aude et de la région : établissements scolaires, médiathèques et bibliothèques, institutions et associations culturelles, etc.

LES RESSOURCES DE LUCIOLE

Une équipe opérationnelle :

LUCIOLE bénéficie d’équipe opérationnelle de personnes compétentes, membres actifs du conseil d’administration, qui mobilisent à titre bénévole leurs compétences et expériences :

– Marie-Claude SEVELY, présidente, ancienne directrice territoriale, a notamment assuré le contrôle de gestion des associations subventionnées au Conseil régional du Nord. Lagrasse (Aude).

– Anne BANASTIER, trésorière, est pédagogue, directrice de l’école primaire de Lagrasse. En faisant intervenir des écrivains et artistes, dans le cadre des parcours culturels des élèves, elle développe de nombreuses activités auprès des élèves. Lagrasse (Aude).

– Marie-Françoise BONDU, secrétaire, ancienne directrice d’établissements et services sociaux en Côte-d’Or, a été de 2008 à 2017 responsable de la librairie Le Nom de l’homme du Marque-Page (Abbaye de Lagrasse). Lagrasse (Aude).

– Dominique BONDU, administrateur responsable de la programmation, depuis mai 2011. Dominique Bondu a assuré les fonctions d’éditeur salarié (éditions Verdier) ; de 2011 à 2017, de directeur général de la Maison du Banquet & des générations, Lagrasse (Aude) ; de 2002 à 2011, de directeur général du Centre régional du Livre de Franche-Comté.

– Hubert BANASTIER, administrateur, médecin généraliste. Lagrasse (Aude).

– Eva BRAAT, administratrice, psychothérapeute, directrice de l’association « Psychothérapie pour tous ». Laure-Minervois (Aude).

– Éric BROUET, administrateur, dirigeant fondateur de la société de veille de presse personnalisée, RPAV (La Revue de Presse et de l’AudioVisuel). Barbaira (Aude).

– Philippe CLIN, administrateur, agent région Occitanie, en lycée. Flourens (Haute-Garonne).

– Françoise DELAMARE, administratrice, bibliothécaire retraitée. Aigues-Vives (Aude).

– Jeannine GEISS-ZORN, administratrice, psychothérapeute. Strasbourg (Bas-Rhin).

– Jean-Louis GEISS, administrateur, médecin. Strasbourg (Bas-Rhin).

– Sylvie GRALL, administratrice, cadre commercial, sculptrice. Toulouse (Haute-Garonne).

– Jean QUINSAT, administrateur, ingénieur informatique. Toulouse (Haute-Garonne).

– Françoise TUJAGUE-CORBEL, administratrice, responsable de médiathèque. Azille (Aude).

Un réseau de partenaires opérationnels :

Le projet de LUCIOLE s’est fondé sur un réseau de partenaires culturels très riche dans leur diversité, et qui forment une belle constellation dans le territoire de l’Aude et ailleurs (partenariat en cours avec des lieux en Haute-Garonne, dans le Tarn et l’Hérault) : les librairies Mots & Cie (Carcassonne) et Libellis (Narbonne), Montolieu Village du Livre et des Arts graphiques (Aude), Eurocultures (Albas), la Maison de l’Ormeau (Coustouge), La Claranda (Serres), StudioVia (Fontcouverte), la Maison de Théo / Espace d’Imagination et d’Art contemporain (Ferrals-les-Corbières), Compagnie F&F (la Gauna, Quintillan), le Château Saint-Auriol (Lagrasse), la Maison du Parc (Rustique), la médiathèque intercommunale de la Piège-Lauragais (Bram), la médiathèque de Lézignan-Corbières, la médiathèque de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, l’Association « Porte-Voix » (Bages), la maison de Reguy (Portel-les-Corbières), la Forge de Ségur (Tuchan), L’Olivette de Langel (Armissan). D’autres lieux vont suivre la démarche.

Ces différents lieux constitueront en 2018 la géographie de l’itinérance de LUCIOLE.

Une audience nationale, des adhérents de toute la France :

Dès sa création, LUCIOLE réunit à ce jour 120 adhérents désireux de contribuer à l’essor de ce projet littéraire et artistique. Ces membres de LUCIOLE proviennent de la région Occitanie et de l’Aude, bien sûr, mais aussi de toute la France.

Occitanie 58 % (dont Aude 41 %)
Ile-de-France 11 %
Rhône-Alpes, Auvergne 6 %
PACA 6 %
Bourgogne, Franche-Comté 6 %
Nouvelle Aquitaine 4 %
Étranger (Espagne, Belgique) 3 %
Normandie 2 %
Pays de Loire 1 %
Alsace 1 %
Bretagne 1 %
Hauts de France 1 %
TOTAL 100 %

Sitemap XML - Plan du site - Mentions Légales
© Copyright - Luciole